Votre navigateur n'est pas à jour.

Veuillez télécharger la version actualisée pour visualiser le site avec toutes ses fonctionnalités.

Merci

David Feruch

Underwater

David Feruch

Biographie

A la fin des années quatre-vingt, le photographe et plasticien David Feruch fut l’un des premiers à monter dans le train numérique. Dans un va et vient constant entre l’image et la machine, il intègre depuis clichés argentiques et numériques dans des collages scannés et retravaillés sur ordinateur. S’il a longtemps préféré au vivant les formes figées de la sculpture, qui reste l’une des bases de son travail, il revient aujourd’hui à l’humain, dans une débauche de couleurs acidulées et de motifs fantasmagoriques : des dessins à l’épure psychédélique, représentations de figures souvent féminines, mais aussi des autoportraits. esquissés puis réintégrés dans cet univers abstrait qu’il s’est construit au fil des années.

Sujet

Avec cette nouvelle exposition, Under Water Up to the Stars, David Feruch voyage à travers la mémoire collective. Depuis les eaux, lieu ancestral de nos origines humaines, aux étoiles lieu distant de nos rêves et cauchemars, Feruch parcourt inlassablement les deux éléments en quête de sens, le temps est suspendu. Dans l’univers de Feruch, l’eau est lisse, tendue, immobile, en apnée, comme pour mieux refléter le ciel, les étoiles, ou est-ce pour refléter nos rêves ? Reflet, miroir aussi, les plaques en aluminium sur lesquelles l’artiste a choisi d’imprimer ses créations. Et à l’intérieur du miroir nous entrons dans un monde premier, rêvé tout à la fois aquatique et aérien. Comme le ruban de Möbius reflète l’infinité, les arabesques de Feruch nous emmènent toujours plus profondément vers une transe hypnotique. Parfois comme dans un songe, on rencontre un fragment d’une réalité identifiable, est- ce un mirage ? Est-ce un indice pour nous aider à déchiffrer les compositions ? Feruch comme Schéhérazade nous conduits d’œuvre en œuvre à la recherche d’un éclaircissement. Mais il nous faudra apporter nos propres réponses, l’artiste reste énigmatique. Les images sont imprimées sur des plaques d’aluminium ; comme l’eau, elles reflètent la lumière qui les frôle. Au premier abord, ces surfaces miroirs sont déconcertantes, en tant que spectateur, nous ne sommes pas certains de ce que nous voyons. Le métal nous aimante et nous renvoie tour à tour. Comme une surface vivante, les plaques intègrent dans l’œuvre la luminosité comme acteur éphémère, les modifiant à chaque instant. Au bout d’un moment cette évanescence est envoutante et l’on désire ardemment retourner dans ces créations animées pour y retrouver les réflexions de nos émotions et de notre âme. Dans Du Temps Historique, une puissante grille envahit la composition, comme pour sommer l’artiste d’accepter les contraintes du monde extérieur. Mais dans Ding Dang Dong, les lettres du mot LIFE, reprennent possession des lieux et elles envoient des ondes de choc déchirer la grille. Dans Over, la grille est en lambeaux et l’artiste a repris le contrôle de son monde. Naviguant et tournoyant à travers l’espace, Feruch nous embarque dans une sarabande à la découverte de nous même. Aurélia Enge