Votre navigateur n'est pas à jour.

Veuillez télécharger la version actualisée pour visualiser le site avec toutes ses fonctionnalités.

Merci

Emilie Arfeuil

Sang-mêlés

Emilie Arfeuil

Biographie

Emilie Arfeuil est née à Clermont-Ferrand en 1983. Elle vit et travaille à Paris. Dans ses projets photographiques et films, elle mêle étroitement approche documentaire, vision d’auteur et mise en scène. Dans des ambiances au sentiment de “temps suspendu”, inspirées par la peinture flamande et le cinéma, elle traite principalement des thématiques de la mémoire, de l’intime et des questions identitaires. Elle a remporté le Prix du public du Festival Portraits de Vichy en 2013, a été finaliste de la Bourse du Talent Reportage 2013 et lauréate SFR Jeunes Talents en 2012. Son travail a été exposé à l’Hôtel de Ville de Paris aux côtés de Doisneau, au Salon de la Photo, et dans des institutions, festivals et galeries à Paris, Strasbourg, Berlin, Londres, Phnom Penh et Bombay. Ses diaporamas sonores ont été projetés au Mois de la Photo à Paris, à la SCAM, au MAP Toulouse ainsi qu’aux Assises du Photojournalisme. Le film Scars of Cambodia, co-écrit avec le réalisateur Alexandre Liebert, a reçu sept prix en 2014 et a été sélectionné dans plus d’une quinzaine de festivals à travers le monde.

Sujet

La série Sang-mêlé prend son inspiration dans la photographie ethnologique des XIXème et XXème siècles, témoignage des missions scientifiques et de la rencontre entre l’Occident et « l’autre monde ». Au-delà de la recherche de « types humains », on rêvait, à l’époque coloniale, de pittoresque, d’exotisme, de folklore à travers les corps et costumes inconnus et lointains. Le regret d’un paradis perdu et du mythe du « bon sauvage », la recherche d’un dépaysement total, sont de plus en plus forts aujourd’hui face à l’uniformisation culturelle mondiale et la disparition progressive des traditions. Cette série prend le parti d’une ethnologie inventée par la nostalgie du voyageur. Totalement mise en scène en studio à Paris, à partir de documents ethnologiques et anthropologiques, elle entremêle costumes, apparats et maquillages traditionnels des cinq continents. On découvre alors une femme multiple, métissée, cosmopolite, aux origines hybrides, au visage de sang-mêlé du monde. Les traditions de continents opposés se confondent jusqu’à perdre leur essence et en générer une nouvelle, façonnée par l’inconscient collectif. Par opposition à la rigueur ethnologique, l’utilisation du flou préserve une forme de mystère et d’incompréhension, tout en questionnant la notion d’altérité et d’identité.